Votre e-magazine d'informations et de conseils pour mieux vivre et comprendre votre quotidien.

retrouvez-nous également sur

D’où viennent les odeurs corporelles ? Est-ce que l’alimentation a une influence dessus ?

Odeurs corporelles - Corps et Santé
djoronimo / 123RF Banque d'images

Le corps a besoin pour fonctionner de produire de la chaleur en continue. Et comme l’organisme est une machine vraiment bien faite, la production de sueur assure au corps de ne pas tomber en surchauffe. La transpiration est donc un processus non seulement normal, mais en plus nécessaire. Chercher à ne plus transpirer serait une erreur car c’est l’évaporation de la sueur à la surface du corps qui permet de stabiliser la température interne. Ceci est d’autant plus vrai que, contrairement à ce qu’on pense, la transpiration est un liquide quasiment inodore

Mais alors, d’où viennent les odeurs corporelles ?

L’odeur de transpiration provient en réalité des milliards de bactéries qui se développent sur la peau en produisant des composés chimiques odorants. En effet, l’humidité, la chaleur et la présence de gras par la sécrétion de sébum sont les conditions optimales pour la prolifération des bactéries. Ces dernières, du reste, sont loin d’être nocives. Au contraire, elles participent activement au système immunitaire.

Pourquoi certaines zones sentent plus ?

En effet, aisselles et plis des aines ont une odeur plus forte. Mais pourquoi ?

Il y a en réalité deux types de transpirations : celle qui permet la thermorégulation du corps, mais aussi celle dite « émotionnelle » qui provient du stress. Or cette forme de transpiration se concentre principalement au niveau des aisselles et de la région du pubis. Elle est plus riche en protéines et en sébum et sent, de fait, plus fort. Il est d’ailleurs intéressant de noter que cette forme de transpiration due au stress n’apparait jamais avant la puberté.

Quels facteurs influencent l’odeur ?

L’âge, l’état émotionnelle, le cycle menstruel chez la femme mais aussi la génétique ont un rôle déterminant sur l’odeur corporelle. L’état de santé également. Des études sont faites, d’ailleurs, sur le possible diagnostic de cancers grâce à l’odeur corporelle. En 1989, déjà, l’hypothèse était mise que des chiens étaient capables de détecter la présence de tumeurs grâce à leur odorat.

L’alimentation, pas innocente…

Sans parler de l’ail cru croqué comme ça qui donne effectivement mauvaise haleine même après s’être lavé les dents cinquante fois de suite, il est vrai que l’alimentation influe sur les odeurs du corps. Comment ? Eh bien certains aliments plus acides que d’autres peuvent créer un dérèglement de la chimie interne du corps qui se répercute sur la transpiration. La sueur sera elle-même plus acide, et donc plus odorante. Ceci s’explique par le fait que le corps doit travailler davantage pour éliminer les toxines liées à une alimentation trop acide.

Quels sont les aliments qui font sentir plus fort ?

La viande rouge

Des chercheurs ont démontré dans une étude que la sueur d’un groupe d’hommes consommant de la viande rouge était nettement plus forte et désagréable que celle d’un groupe d’hommes végétariens.

L’ail et l’oignon

L’ail et l’oignon, même cuits et cuisinés, contiennent des substances volatiles qui sont absorbées par le sang et les poumons. Leur parfum typique est ensuite relâché via la peau et la respiration.

Les huiles hydrogénées

Par exemple celles utilisées dans les chaines de fast-food. Le problème de ces huiles est qu’elles sont très vite décomposées dans le corps rendant quasi immédiatement la peau plus grasse et plus odorante.

Les épices

Les épices chaudes comme le curry rendent effectivement la transpiration plus forte en augmentant la température interne du corps.

L’alcool

L’alcool contenu dans n’importe quelle boisson alcoolisée passe dans le sang pour être ensuite éliminé par la peau et la respiration. Et comme l’alcool ce ne sont que des toxines…

Les asperges

Bien que saines en tout point de vue, les asperges, oui, transforment notre odeur corporelle et notamment celle de nos urines. C’est à cause du soufre de mercaptan, un composé présent dans les asperges et ensuite éliminé lors de la miction.

Les choux

De la même façon que pour les asperges, il est évident que manger des légumes crucifères est bon pour la santé. Mais eux aussi contiennent du soufre et ont tendance à provoquer des gaz à l’odeur très reconnaissable d’œuf pourri.

Le café

Eh oui ! La caféine stimule les glandes sudoripares et augmente la transpiration. Le stress jouant un rôle dans nos odeurs corporelles et la caféine étant comme tout le monde le sait un excitant…

Quels aliments consommer pour sentir moins fort ?

Certains aliments ont démontré leurs effets positifs sur l’odeur de la sueur. C’est le cas de tous les légumes verts de part la présence de chlorophylle qui agit dans le corps comme un nettoyant et un désodorisant. C’est le cas aussi des agrumes. Le sucre naturel du fruit va combattre l’acidité du corps responsable d’odeurs et la vitamine C va aider à éliminer les toxines. Les huiles de première pression à froid jouent aussi un rôle intéressant car elles ont une fonction drainante sur le foie et la vésicule biliaire. Or le foie est chargé d’éliminer les toxines. Lorsqu’il est surchargé, sueur, urines et haleine deviennent difficilement supportables. Une cure de « bonne huile » peut aider à solutionner le problème et soutenir le foie dans ton travail. Enfin, certaines herbes ont un impact majeur sur les odeurs corporelles lorsqu’elles sont utilisées en infusion. La sauge et l’hamamélis par exemple, car elles ont un pouvoir antisudoral reconnu. A consommer sans modération donc !

On l’a compris, chercher à éradiquer toute transpiration est une mauvaise idée d’autant qu’une transpiration normale ne sent pas. En revanche, essayer de diminuer sa dose de stress, limiter l’alcool et la viande rouge, et avoir une alimentation saine, variée et riche en légumes verts est une bonne solution pour en finir avec les odeurs corporelles trop invasives.

CET ARTICLE VOUS A PLU ?
AIDEZ-NOUS A LE FAIRE CONNAÎtre EN LE PARTAGEANT :
D'autres articles à découvrir...
Jambes sans repos - Corps et Santé
Corps
Qu’est-ce que le syndrome des jambes sans repos ?

Un peu plus de 8 % des français seraient touchés par ce trouble. Le syndrome des jambes sans repos, encore appelé « impatiences dans les jambes » ou « maladie de Willis-Ekbom » est une affection du système nerveux provoquant le besoin incontrôlable de bouger les jambes pendant les périodes de repos et, le plus souvent, la nuit.

lire l'article »
ATTENTION : Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. (Article Art. L 122-4. du Code de la Propriété Intellectuelle). IMPORTANT : Si vous souhaitez reproduire ou utiliser un contenu présent sur notre site, merci de nous contacter pour connaitre les modalités.